Boris Cyrulnik : La Biologie de l'attachement

Publié le 22 Janvier 2014

Cours enregistré dans le cadre de l'enseignement PACES de Sciences Humaines et Sociales à l'Université Claude Bernard Lyon 1.

La théorie de l'attachement est un champ de la psychologie qui traite des relations entre êtres humains. Boris Cyrulnik tente dans cette conférence une approche pluridisciplinaire de cette théorie, qui intègre des données biologiques, affectives, psychologiques, sociales et culturelles. Nous verrons comment est née la théorie de l’attachement au XXème siècle et l’état des recherches actuelles.

 

Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre et psychanalyste français. Responsable d'un groupe de recherche en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon-la-Seyne (1972-1991), il publie son premier ouvrage Mémoire de singe et parole d’homme en 1983. Directeur d’enseignement depuis 1996 à la Faculté des lettres et sciences humaines de Toulon et président du Centre national de création et de diffusion culturelles de Châteauvallon, Boris Cyrulnik est surtout connu pour avoir développé le concept de "résilience" (renaître de sa souffrance). Il a également participé en 2007 à la commission Attali sur les freins à la croissance, dirigée par Jacques Attali.

 

 

l

"...Une information qui vient du milieu extérieur sculpte, fraye des circuits dans le cerveau et crée des aptitudes particulières à percevoir le monde. [...] ça veut dire que le monde qu'on perçoit est un monde qui est construit par, d'abord, notre appareil neurologique qui lui même est construit par le monde qu'on perçoit. Ça veut dire que l'homme façonne le monde qui le façonne. [...] Une fois que le cerveau a été sculpté, "circuité" disent les Américains, par le milieu, il perçoit de manière préférentielle un type de monde. C'est-à-dire que le monde qu'on perçoit c'est celui pour lequel on a été préparé à le percevoir. Donc ce qu'on appelle réalité c'est une construction, c'est une représentation du monde..."

 

 

"...La présence de l'autre est biologiquement nécessaire..."

 

 

Le stade du miroir : Lacan chez les singes

 

" Face au miroir,  dans un premier temps, les animaux ont peur du miroir, dans un deuxième temps ils s'approchent, ils le touchent, ils le lèchent, le troisième jour ils passent la main derrière le miroir comme s'ils comprenaient que c'est un objet, et puis le quatrième jour ils prennent le miroir et ils observent leur bouche ou leur arrière-train qu'ils n'ont pas l'occasion de voir dans des conditions naturelles. Ça veut dire que ce sont des performances intellectuelles, ça veut dire qu'ils sont capables de se reconnaître dans le miroir et ils sont capables de traduire un espace virtuel en espace réel puisqu'ils prennent le miroir pour observer leurs fesses."

 

 

 

 

 

 

mots clé : attachement, autrui, résilience

Rédigé par Aline Louangvannasy

Publié dans #vidéos

Commenter cet article