L'esprit du geste, A. Cousergue

Publié le 19 Octobre 2012

 

 

Qu'est-ce qu'un "maître" ?

 

 montagne.jpg

HOKUSAI, "L'orage sous le sommet dela montagne" (XIX° siècle)

 

 

 Extrait

  (...) Ce qui fait la valeur d'un art martial n'est pas la technique elle-même mais bien la qualité de l'enseignant qui la transmet. Il n'y a pas de mauvais art martial mais de mauvais maîtres. Un art martial, c'est avant tout l'histoire d'un pratiquant et d'un sensei. Pour avancer sur le chemin que l'on a choisi on a besoin d'un guide capable de partager sa vision non seulement de l'art mais de la vie. Qu'on ne s'y trompe pas cependant : le mot sensei veut simplement dire «professeur» et non pas «maître spirituel». En occident, on a une propension à l'adoration alors qu'en Orient, le mot ne possède aucune connation mystique, ne revêt aucun sens de supériorité, mais établit un fait simple : le sen («ancien») -sei («existence») est celui qui vous a précédé dans la pratique...

 

 

 

   maître  C'est pour cela que l'apprentissage des arts guerriers ne peut se faire que par l'intermédiaire d'un homme mûr possédant l'expérience de la vie et un niveau de connaissance du combat, supérieurs. Le sensei peut vous mener là où vous devez aller sans que vous sachiez encore vous-même quel est votre but. Ce guide n'est pas forcément agréable ou compatissant envers vos limites, mais là réside l'enseignement : il permet de se défaire de ses habitudes d'autocomplaisance et de commencer à se transformer en profondeur. A son contact, on apprend de nouvelles valeurs. La première de ces valeurs est l'obéissance.

   Lorsqu'on a trouvé son maître, il faut lui obéir totalement, et cela aussi est rarement compris en Occident, alors que c'est la condition de l'évolution personnelle. Les techniques ne sont qu'un prétexte pour avancer sur un chemin pleinement humain. Apprendre à obéir sans discuter est le premier pas sur la voie de la progression, car obéir évite de penser et de poser des questions inutiles. Si vous faites confiance à votre guide, pourquoi perdre du temps à remettre en cause ses conseils ? A priori, ses décisions sont le fruit de son expérience et de sa pratique, elles n'ont donc pour but que de vous permettre d'avancer plus vite. Le sensei montre l'exemple. Quand vous escaladez une montagne, le guide ouvre la voie et prodigue des conseils pour que vous le rejoignez, mais c'est vous qui faites l'escalade, pas lui. Une attitude moderne qui se répand de plus en plus conduit l'élève à attendre de son professeur qu'il fasse le travail à sa place. C'est comme si le guide une fois arivé en haut de la montagne, redescendait à votre niveau pour vous charger sur son dos et vous remonter avec lui ! Le sensei n'a pas d'obligation de résultats, seulement une obligation de moyens. Il vous met en condition de réussir. D'ailleurs au dôjô on n'enseigne pas, on montre ce qu'il est possible de faire, à charge pour l'élève de l'adapter à son corps et à son esprit.

   Cette obéissance aveugle considérée comme normale pour un pratiquant asiatique est parfois difficile à accepter pour un occidental.Ce qui échappe à notre mentalité cartésienne, c'est qu'accepter de limiter sa liberté de pensée et d'action de son plein gré est paradoxalement la condition  sine qua non qui permet de se libérer.

 

   Mais l'importance du guide n'est pas limitée au seul aspect technique et à l'obéissance, car son enseignement vous fait aussi évoluer humainement. Un tel voyage dans les arts du mouvement est aussi un voyage vers la sagesse et n'est possible que par un maître qui guide vos pas timides sur la Voie, pour que vous puissiez atteindre vos objectifs de vie. (...)

   Le bûdo est une véritable Voie, une école dont l'objectif réel reste longtemps caché (nin) aux yeux du pratiquant. Par le travail et l'effort, le bûdo amène son adepte à devenir «un être humain véritable». La Voie devient évidente, car l'entraînement n'est qu'un outil. Et votre premier pas sur la Voie consiste à trouver le sensei qui rendra votre évolution possible. Car si un art martial est avant tout une gestuelle codifiée, c'est de la relation unique qui unit l'élève à son maître que tout peut naître et se développer...

 

   Au delà des gestes que j'ai travaillé, je me rends compte que c'est l'apprentissage de l'esprit qui a le plus compté dans mon évolution, tant l'art martial, dans l'absolu, est secondaire par rapport à l'enseignement de vie qui le soutient et lui donne sens. ...Preuve que beaucoup ont une image fausse de l'art martial, celle du pouvoir qu'il permet d'acquérir sur les autres et non sur soi. Masaaki Hatsumi dit souvent qu'il n'enseigne pas à ses élèves mais qu'il leur apprend à se découvrir eux-mêmes. C'est là la marque de sagesse d'un véritable sensei...

 

Rédigé par Aline Louangvannasy

Publié dans #lectures

Commenter cet article

fabrice 02/09/2015 22:39

Bonjour moi voila jai 46 ans et pourtant j'aurais besoin d'un guide spirituel pour guider ma vie c'est a dire quelqun autoritaire pouvant me diriger en etant place sous ses ordres et sous son autorite.je suis en region parisienne sur roissy 95.fabrice. ronyderoissy@gmail.com

philo Blog 03/09/2015 15:44

Bonjour Fabrice, l'autorité du maître ce n'est pas l'autoritarisme. Les arts martiaux enseignent une discipline et une rigueur, cela peut être un moyen pour changer de point de vue sur la façon de conduire sa vie . En philosophie, le maître ne peut que vous guider au sens d'accompagner sur la voie qui vous amène à être votre propre maître, mais pour cela il saurait en aucune façon contraindre votre volonté. L'apprentissage de la philosophie c'est aussi l'apprentissage de la liberté.