Explication d'un texte philosophique : "La réalité humaine est dévoilante", J. P. Sartre

Publié le 12 Septembre 2013

Zoe-Strauss-Philadelphia-2008.jpg

 

Zoe Strauss, Philadephia, 2008

 

   Chacune de nos perceptions s’accompagne de la conscience que la réalité humaine est « dévoilante », c’est-à-dire que par elle « il y a » de l’être, ou encore que l’homme est le moyen par lequel les choses se manifestent ; c’est notre présence au monde qui multiplie les relations, c’est nous qui mettons en rapport cet arbre avec ce coin de ciel ; grâce à nous, cette étoile morte, depuis des millénaires, ce quartier de lune et ce fleuve sombre se dévoilent dans l’unité d’un paysage ; c’est la vitesse de notre auto, de notre avion qui organise les grandes masses terrestre ; à chacun de nos actes le monde nous révèle un regard neuf.


Mais si nous savons que nous sommes les détecteurs de l’être, nous savons aussi que nous n’en sommes pas les producteurs. Ce paysage, si nous nous en détournons, croupira sans témoins dans sa permanence obscure. Du moins croupira-t-il : il n’y a personne d’assez fou pour croire qu’il va s’anéantir. C’est nous qui nous anéantirons et la terre demeurera dans sa léthargie jusqu’à ce qu’une autre conscience vienne l’éveiller. Ainsi, à notre certitude intérieure d’être « dévoilants » s’adjoint celle d’être inessentiels par rapport à la chose dévoilée.


Un des principaux motifs de la création artistique est certainement le besoin de nous sentir essentiels par rapport au monde.

 

J.P. Sartre, « Qu’est-ce que la littérature », Situations II, Gallimard

 

 

 

La connaissance de la doctrine de l’auteur n’est pas requise. Il faut et il suffit que l’explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.

Rédigé par Aline Louangvannasy

Publié dans #explications de texte

Commenter cet article