Michel Guérin : Comment "fonctionne" une oeuvre d'art ? (1)

Publié le 5 Février 2014

Francis Bacon, Figure with Meat, 1954

 

 Francis-Bacon--Figure-with-Meat--1954.jpg

 

 

 

 

I. L'art du geste

 

 

" Dans tout art il y a un geste de danser " Michel Guérin

 

 

 

Emission du 28/10/2013

 

     «Le geste de de l'art ce n'est pas le geste technique habituel. Bien sûr il n'y a pas d'art sans technique mais l'art est un faire libre, c'est-à-dire un faire qui a envie d'explorer son propre commencement, qui n'est plus assujetti à un but. Lorsqu'on construit un objet c'est pour s'en servir. L'art ne sert à rien. Il explore quelque chose à partir de la conscience profonde de cette liberté. Comment se manifeste cette liberté ? A partir du corps. Et le mouvement le plus libre, le plus spontané et le plus gracieux, ça s'appelle la danse. Dans ce "danser" il y a un paradoxe, c'est-à-dire une intention qui ne se sait pas encore».

 

 

Keith Jarett, The Köln Concert (improvisation).
 
      
    « On a affaire à une intention qui n'est pas sûre d'elle même, qui ne se précède pas.  D'habitude l'idée que l'on a de l'intention créatrice c'est qu'elle est d'abord dans la conscience avant d'être dans la réalisation. Or on a affaire ici à une forme qui se cherche dans la matière. Qu'est-ce que l'improvisation ?  c'est  le primat de la matière sur la forme. C'est la forme qui se conquiert lentement sur la matière. Quand on entend, quand on voit en l'entendant le doigté du piano   ... on voit que la figure musicale est  en train de se trouver, de se découvrir elle-même à même la matière sonore. C'est ça qui fait l'intention artistique à la différence de toute autre forme d'intentionnalité, c'est qu'elle est a posteriori. C'est un paradoxe incroyable».           .

 

 

  « Dans la création artistique, le sujet doit se désister. Il doit mettre à la place le "moi-monde", le moi poreux qui se fait accueillant du monde (Montaigne). Dans l'art le sujet lui-même se fait matière. Il se fait monde ».

 

 

 

wassily-kandinsky-segment-bleu.jpg

W. Kandinsky, Segment Bleu

 

 

   « La technique de l'ingénieur est "sous surveillance". L'ingénieur vise l'effectuation la plus parfaite par rapport au modèle (ici il s'agit du prototype). Il s'agit ici de produire l'objet impeccablement en évitant tous les accidents, qu'il soit le plus près de l'idée et du prototype. Alors que dans l'art "si l'exécution ne dépassait pas l'idée, nous serions des ingénieurs, nous ne serions pas des artistes" (Alain).  C'est justement ce qui fait l'artiste, c'est cette capacité d'aller à la pêche à l'accidentalité, de se réjouir du hasard, de faire boule de neige avec des éléments qui n'étaient pas prévus au départ...Il y a un aller retour incessant entre ce qu'il y a de nécessaire dans le processus de création artistique, cette "nécessité intérieure" ressentie par l'artiste (W. Kandinsky) et l'acceuil de ce qui n'était pas prévu...Toute oeuvre est "work in progress", elle s'invente en se découvrant....Le processus de création artistique est toujours une dialectique entre la nécessité et la contingence, entre le hasard et l'intentionnalité...L'art est une façon de rendre nécessaire des accidents sans leur ôter leur caractère de surgissement. »

 

 

« Le génie est la disposition innée de l'esprit par l'intermédiaire de laquelle la nature donne à l'art ses règles».

 

E. Kant (§46, Critique de la faculté de juger)

 

 

 

 

Extrait du film Le mystère Picasso de G. Clouzot

 

 

A quel besoin correspond la création artistique ?

 

« Si la réalité venait frapper directement nos sens alors l'art serait inutile »

H. Bergson, Le rire

 

   « L'art vient en quelque sorte combler une déficience. c'est parce que la réalité ne nous est pas accessible de manière immédiate que nous créons...D'ordinaire ce sont nos besoins qui nous empêchent d'accéder à la nature. Nos besoins nous interdisent cette révélation  de la nature. L'objet de l'art c'est la révélation de la nature (H. Bergson). Pourquoi cette révélation nous est d'ordinaire interdite, parce que nous fonctionnons selon une logique pragmatique, t une logique des besoins, qui saisit les choses non dans ce qu'elles sont mais dans l'utilité que l'on peut en avoir. Cela forme un écran opaque qui nous empêche de plonger librement notre regard au fond de la nature... L'art n'est pas un besoin. Bien sûr on peut vivre sans art, on peut s'en dispenser. Mais l'art est indispensable  car il est l'accès à la vérité même de la nature.

 

 

« La mission de l'art n'est pas de copier la nature, mais de l'exprimer»

H. de  Balzac, Le chef d'oeuvre inconnu.

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin avec Michel Guérin "Philosophie du geste

 

philoso-du-geste.jpg  link    

 

 

 

Emission du 03/02/2012

 

 

 

 

 

mots clé : oeuvre d'art, geste, technique, création

Rédigé par Aline Louangvannasy

Publié dans #A écouter

Commenter cet article

Nitens 04/03/2014 09:43


>