DM - Texte 3 : Martin Heidegger

Publié le 22 Octobre 2021

Vyacheslav Ivanov

Vyacheslav Ivanov

Les philosophes sont les penseurs. On les appelle ainsi, parce que c’est principalement dans la philosophie que la pensée déroule son histoire. Personne ne niera l’intérêt que la philosophie suscite aujourd’hui. Mais y-a-t-il encore aujourd’hui quelque chose à quoi l’homme ne s’intéresse pas, nous voulons dire : de la façon dont on comprend de nos jours le mot “intéresser”.

Inter-esse veut dire : être entre et parmi les choses, se tenir au milieu d’une chose et y rester sans faiblir. Mais “l’intérêt” aujourd’hui ne connaît que “l’intéressant”. Et “intéressant “ veut dire : ce qui permet à l’objet en question de redevenir indifférent l’instant d’après, et d’être remplacé par un autre qui nous concerne tout juste aussi peu que le premier. Aujourd’hui on estime souvent honorer beaucoup une chose en la jugeant “intéressante”. En vérité, un pareil jugement abaisse la chose intéressante au niveau des indifférentes et il la repousse parmi celles qui bientôt seront ennuyeuses.

Montrer de l’intérêt pour la philosophie ne témoigne nullement que l’on soit préparé à penser. Même le fait que, depuis de longues années nous soyons ardents à étudier les traités et les écrits des grands penseurs, ne garantit pas que nous pensions, ni que nous soyons seulement prêts à apprendre à penser.

Affirmer néanmoins que nous ne pensons pas encore, c’est là, semble-t-il, le fait d’une extrême prétention. Mais telle n’est pas notre affirmation. Celle-ci dit : à notre époque, ce qui donne le plus à réfléchir, le Point le Plus Critique se montre en ceci, que nous ne pensons pas encore.

Martin HEIDEGGER

Rédigé par A. L

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Réponse à la question d'Ornella :
Bonsoir Mme ,
j’aurais aimé une explication de cette phrase qui me pose problème.

​"'Aujourd'hui on estime souvent honorer beaucoup une chose en la jugeant "intéressante". En vérité, un pareil jugement abaisse la chose intéressante au niveau des indifférentes et il la repousse parmi celles qui bientôt seront ennuyeuses."

Dans ce texte Heidegger oppose deux définitions : "avoir de l'intérêt" pour la philosophie (ou la pensée°, et trouver la philosophie "intéressante".

Dans le langage commun dire que quelque chose est intéressant est positif, cela valorise cette chose. Or pour Heidegger c'est négatif, cela rabaisse au contraire cette chose (la philosophie) au niveau de tout autre chose. Autrement dit faire de la philosophie c'est aussi "intéressant" que collectionner des timbres, faire du vélo, ...C'est une distraction (un divertissement comme un autre).

Or si pour Heidegger on ne peut pas dire que la philosophie est "intéressante" c'est que ce n'est justement pas une activité comme une autre, car la philosophie se pose des questions essentielles : par exemple sur le sens de l'existence humaine (cf. Camus), et donc en aucun cas elle n'est une distraction ou un divertissement (au sens de Pascal). Avoir de l'intérêt pour la pensée, c'est accepter de faire face aux problèmes que nous pose notre condition humaine, notre époque, même si cela n'est pas agréable ou peu gratifiant.
Répondre
A
Bonjour madame est t'il possible d'avoir un coup de pouce pour les textes des DM parce que l'on est beaucoup à se retrouver coincer. Cordialement
Répondre
A
Oui j'attends des questions précises :-) Vous avez le texte, la méthode, maintenant il faut se lancer ...
A
" être entre et parmi les choses, se tenir au milieu d’une chose et y rester sans faiblir " : on peut penser à Descartes au moment critique du doute méthodique, lorsqu'il a démontré que tout est peut-être faux et illusoire, il pourrait "faiblir" et choisir le scepticisme (rien n'est certain, il n'y a pas de vérité), mais il tient bon "au milieu de "la pensée et démontre que la raison humaine peut atteindre une certitude absolue.
Répondre
A
Mauranne T. ,
Dans ce texte il s'agit de se demander qu'est-ce qu'un philosophe ? Heidegger fait une distinction importante être philosophe c'est "avoir de l'intérêt pour la pensée" ce n'est pas trouver la philosophie "intéressante". Qu'est-ce qu'"avoir de l'intérêt pour la pensée "? Il est très important de préciser le sens de cette expression et de ne pas se contenter de paraphraser le texte. Ici visiblement si je lis ta remarque, l'expression "avoir de l'intérêt pour" n'est pas comprise.
Dans son texte, Heidegger fait allusion aux premiers penseurs, qui avaient véritablement de "l'intérêt pour la pensée". Qu'est-ce que cela veut dire ? Qu'est-ce que cela voulait dire pour eux "penser" ? Quel parallèle peut-on faire avec le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui où il nous faut "penser" ? Il faut se poser toutes ces questions.

Ensuite lorsque Heidegger écrit "montrer de l'intérêt pour la pensée ne témoigne nullement que l'on soit préparé à penser", cela peut vouloir dire deux choses :
- tout d'abord celui qui "pense" ou qui fait de la philosophie (puisque pour Heidegger les penseurs sont les philosophes), il n'est pas nécessaire d'avoir fait des études préalables qui prépareraient à l'exercice de la pensée (je te renvoie au texte de Thoreau) ;
- ensuite, la pensée ne surgit que lorsqu'on se trouve face à un problème, à une question (je te renvoie au texte de Karl Jaspers). Généralement nous ne sommes pas "préparés" aux problèmes qui suscitent une véritable pensée, nous n'avons pas de solution toute prête car penser c'est justement essayer de résoudre un problème qui "surgit" devant nous.
T
"montrer de l'intérêt pour la philosophie ne témoigne nullement que l'on soit préparé à penser" or on dit que les philosophes sont des penseurs donc les philosophes ne sont pas forcément des penseurs si il n'apporte que de l'intérêt à la philosophie ?