LE MYTHE DE PROMETHEE

Publié le 8 Juin 2017

Man, dog, wheelbarrow © Anirudha (Robi) Chakraborty

Man, dog, wheelbarrow © Anirudha (Robi) Chakraborty

Le mythe de Prométhée

 

 

Texte

Il fut jadis un temps où les dieux existaient, mais non les espèces mortelles. Quand le temps que le destin avait assigné à leur création fut venu, les dieux les façonnèrent dans les entrailles de la terre d’un mélange de terre et de feu et des éléments qui s’allient au feu et à la terre.

Quand le moment de les amener à la lumière approcha, ils chargèrent Prométhée et Epiméthée de les pourvoir et d’attribuer à chacun des qualités appropriées. Mais Epiméthée demanda à Prométhée de lui laisser faire seul le partage. « Quand je l’aurai fini, dit-il, tu viendras l’examiner ». Sa demande accordée il fit le partage, et, en le faisant, il attribua aux uns la force sans la vitesse, aux autres la vitesse sans la force ; il donna des armes à ceux-ci, les refusa à ceux-là, mais il imagina pour eux d’autres moyens de conservation ; car à ceux d’entre eux qu’il logeait dans un corps de petite taille, il donna des ailes pour fuir ou un refuge souterrain ; pour ceux qui avaient l’avantage d’une grande taille, leur grandeur suffit à les conserver, et il appliqua ce procédé de compensation à tous les animaux. Ces mesures de précaution étaient destinées à prévenir la disparition des races. Mais quand il leur eut fourni les moyens d’échapper à une destruction mutuelle, il voulut les aider à supporter les saisons de Zeus ; il imagina pour cela de les revêtir de poils épais et de peaux serrées, suffisantes pour les garantir du froid, capables aussi de les protéger contre la chaleur et destinées enfin à servir, pour le temps du sommeil, de couvertures naturelles, propres à chacun d’eux ; il leur donna en outre comme chaussures, soit des sabots de cornes, soit des peaux calleuses et dépourvues de sang, ensuite il leur fournit des aliments variés suivant les espèces, aux uns l’herbe du sol, aux autres les fruits des arbres, aux autres des racines ; à quelques-uns mêmes il donna d’autres animaux à manger ; mais il limita leur fécondité et multiplia celle de leur victime pour assurer le salut de la race.

Cependant Epiméthée, qui n’était pas très réfléchi avait sans y prendre garde dépensé pour les animaux toutes les facultés dont il disposait et il lui restait la race humaine à pourvoir, et il ne savait que faire. Dans cet embarras, Prométhée vient pour examiner le partage ; il voit les animaux bien pourvus, mais l’homme nu, sans chaussures, ni couvertures ni armes, et le jour fixé approchait où il fallait l’amener du sein de la terre à la lumière. Alors Prométhée, ne sachant qu’imaginer pour donner à l’homme le moyen de se conserver, vole à Héphaïstos et à Athéna la connaissance des arts avec le feu ; car, sans le feu, la connaissance des arts était impossible et inutile ; et il en fait présent à l’homme. L’homme eut ainsi la science propre à conserver sa vie ; mais il n’avait pas la science politique ; celle-ci se trouvait chez Zeus et Prométhée n’avait plus le temps de pénétrer dans l’acropole que Zeus habite et où veillent d’ailleurs des gardes redoutables. Il se glisse donc furtivement dans l’atelier commun où Athéna et Héphaïstos cultivaient leur amour des arts, il y dérobe au dieu son art de manier le feu et à la déesse l’art qui lui est propre, et il en fait présent à l’homme, et c’est ainsi que l’homme peut se procurer des ressources pour vivre. Dans la suite, Prométhée fut, dit-on, puni du larcin qu’il avait commis par la faute d’Epiméthée.

Quand l’homme fut en possession de son lot divin, d’abord à cause de son affinité avec les dieux, il crut à leur existence, privilège qu’il a seul de tous les animaux, et il se mit à leur dresser des autels et des statues ; ensuite il eut bientôt fait, grâce à la science qu’il avait d’articuler sa voix et de former les noms des choses, d’inventer les maisons, les habits, les chaussures, les lits, et de tirer les aliments du sol. Avec ces ressources, les hommes, à l’origine, vivaient isolés, et les villes n’existaient pas ; aussi périssaient-ils sous les coups des bêtes fauves toujours plus fortes qu’eux ; les arts mécaniques suffisaient à les faire vivre ; mais ils étaient d’un secours insuffisant dans la guerre contre les bêtes ; car ils ne possédaient pas encore la science politique dont l’art militaire fait partie. En conséquence ils cherchaient à se rassembler et à se mettre en sûreté en fondant des villes ; mais quand ils s’étaient rassemblés, ils se faisaient du mal les uns aux autres, parce que la science politique leur manquait, en sorte qu’ils se séparaient de nouveau et périssaient.

Alors Zeus, craignant que notre race ne fût anéantie, envoya Hermès porter aux hommes la pudeur et la justice pour servir de règles aux cités et unir les hommes par les liens de l’amitié. Hermès alors demanda à Zeus de quelle manière il devait donner aux hommes la justice et la pudeur. « Dois-je les partager comme on a partagé les arts ? Or les arts ont été partagés de manière qu’un seul homme, expert en l’art médical, suffît pour un grand nombre de profanes, et les autres artisans de même. Dois-je répartir ainsi la justice et la pudeur parmi les hommes ou les partager entre tous » « - Entre tous répondit Zeus ; que tous y aient part, car les villes ne sauraient exister, si ces vertus étaient comme les arts, le partage exclusif de quelques-uns ; établis en outre en mon nom cette loi que tout homme incapable de pudeur et de justice sera exterminé comme un fléau de la société ».

Voilà comment, Socrate, et voilà pourquoi et les Athéniens et les autres, quand il s’agit d’architecture ou de tout autre art professionnel, pensent qu’il n’appartient qu’à un petit nombre de donner des conseils, et si quelque autre, en dehors de ce petit nombre se mêle de donner un avis, ils ne le tolèrent pas, comme tu dis, et ils ont raison selon moi. Mais quand on délibère sur la politique où tout repose sur la justice et la tempérance, ils ont raison d’admettre tout le monde, parce qu’il faut que tout le monde ait part à la vertu civile ; autrement il n’y a pas de cité ».

 

PLATON. Protagoras. [1]320.321c. Traduction d’Emile Chambry.

Rédigé par Aline Louangvannasy

Publié dans #la technique, #Le mythe de Prométhée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Étirév 15/11/2017 16:13

Bonjour,
Je me permets, en toute humilité, d'apporter quelques précisions au sujet de l'histoire de Prométhée et de la montagne de CAF.
LES MONTAGNES DE CAF
C'est dans les montagnes de CAF que se réfugièrent les femmes poursuivies et persécutées ; elles ont une histoire légendaire. Ces montagnes, célèbres dans l'antiquité, appelées montagnes de CAF ou de DAMAVEND, sont devenues le Caucase même, elles s'étendent de la Mer Noire à la Mer Caspienne.
C'est dans les défilés de ces montagnes qu'eurent lieu les batailles des Amazones. Toutes les guerres avec les Dives ont leur théâtre près de ces montagnes, sur les rives de la Mer Noire, c'est là que se trouve le Thermodon.
Quand les faits primitifs furent dénaturés pour justifier le règne de l'homme, on cacha l'histoire réelle sous des fables, et voici ce qu'on raconta pour remplacer la tradition des premiers Perses :
« Surkage, fameux Dive, du temps d'Adam, rêgnait sur les montagnes de CAF ; il défendit à ses sujets de molester les enfants de Seth (ce sont, semble-t-il, les Péris), et ce dernier leur donna Rucail son frère, versé dans toutes les sciences, pour l'éclairer et gouverner ses Etats ».
On voit clairement que cette légende a été faite par la caste sacerdotale pour justifier l'usurpation de l'homme et sa prétention d'enseigner les sciences et de régner, mais il règne d'abord comme un frère à côté d'une soeur qui vient lui prêter son appui.
Une autre légende bien connue est celle de Prométhée (l'homme) qui déroba le feu du Ciel et qui, suivant Hésiode, le conserva dans la tige d'une plante nommée férule dont la moelle se consume lentement et où le feu couve et brûle sans endommager l'écorce. Symbolisme transparent du feu des passions. Faut-il faire remarquer que cette tige appelée férule est le linga des Hindous ?
Prométhée vécut aux environs de cette montagne du Caucase, résidence des femmes (la mère de Prométhée s'appelait Airia), et c'est là qu'il est enchaîné (par les passions). C'est que le pays des Fées, des Dives ou des Péris est appelé Schadukian, nom qui veut dire plaisir ou désir (BAILLY, Lettre sur l'Atlantide p. 170). On y avait mis le paradis terrestre des Perses. Pour les Orientaux, les Montagnes de Caf devinrent le pivot du monde ; la légende dit qu'elles sont posées sur une pierre et que, quand on l'agite, cela fait trembler la Terre. Cette pierre est une émeraude et les rayons qu'elle réfléchit font la couleur azurée du Ciel. Des débris de ce pivot du monde viennent toutes les richesses (toutes les sciences).
Plusieurs dictons sont restés dans les langues orientales, tels ceux-ci :
« Lorsque le soleil parut sur les Montagnes de Caf ».
Ce soleil qui parut, c'est évidemment l'Esprit féminin ; j'en conclus que c'est là qu'étaient réfugiées les femmes qui enseignaient l'Avesta.
On dit aussi « depuis Caf jusqu'à Caf », ce qui veut dire d'une extrémité de la Terre à l'autre. Autrement dit, Caf résume tout. Dans le langage symbolique de l'époque intermédiaire (1), on dira qu'il faut passer, pour y arriver, un très grand espace de pays ténébreux où le soleil ne porte point la lumière (c'est le monde des conquérants masculins ).
Nul homme n'y peut aborder s'il n'est conduit par une intelligence supérieure, par quelque Fée ou Génie ; et l'on ajoute perfidement : « c'est là que les Dives ont été reléguées lorsque l'homme fut créé par Dieu pour prendre l'empire du monde ». (Herbelot, pp. 230 et 231 ).
Ces montagnes restèrent longtemps l'objet du respect des hommes, et le lieu où l'on rendait un culte à l'Etre suprême.
Les Chinois, les Indiens vénéraient les montagnes de Caf et y faisaient des pèlerinages, suivant le témoignage de M. Dauville.
Nous trouvons encore une autre tradition concernant le Caucase, c'est celle qui nous le représente comme étant le rempart de Gog et de Magog. Or, Gog, c'est l'homme ; Magog, c'est la Femme (2). Mais, à cette époque de lutte, l'homme est d'un côté de la montagne, la femme de l'autre. Et la montagne qui les sépare est si haute qu'il fallait 17 jours pour faire parvenir, à dos de chèvres, les denrées nécessaires à la subsistance des Dives, c'est-à-dire pour monter au sommet de la montagne et descendre sur le versant opposé où était le pays de Magog.
Diodore de Sicile nous raconte aussi le combat des Dives contre les hommes ; il nous les montre combattant Jupiter (c'est-à-dire ses partisans) de leur citadelle du Caucase et lançant sur Jupiter des rochers pour le tuer. Hercule vint au secours de Jupiter qui, en reconnaissance de ses services, lui donna le nom d'Olympien (Diodore, T. II, p. 35). Ce sont les guerres de Moïsasor et celles de Briarée contre Jupiter. (Se rappeler que le mot Moïsa signifie Muse dans le dialecte éolien).
Nous voyons dans ceci un fait à constater : c'est que le premier ennemi de La femme, c'est L'usurpateur de son droit maternel, qui veut mettre Jupiter à la place de Déméter, c'est le prêtre, et l'homme qu'il appelle à lui pour l'aider et dont il se fait un allié, c'est l'homme fort, le guerrier, Hercule.
(1) On en dira autant du Mont Mérou. Sur le Mont Mérou le soleil ne se couche pas.
Ceux qui ignorent que le Soleil est ici le symbole de l'Esprit ont cru que le Mont Mérou était situé au pôle puisque le Soleil ne s'y couche pas.
(2) Gog et Magog, Gin et Magin, Tchin et Matchin, sont des dénominations du couple humain.
C'est de ce Tchin qu'on a fait le nom de la Chine ; mais le nom de la race Mongole vient de Magog.
On assure que la particule Ma signifie en deçà, et on conclut que cela voulait dire en deçà des montagnes, alors qu'il s'agit d'une idée morale. Ma signifie Mère, en celtique il indiquait d'abord « ce qui dépasse », au delà ; c'est par opposition masculiniste qu'on dira en deçà.
Magog a formé les mots Mage, Majesté, Magister, Magistrat, Magda (grande), que nous retrouvons dans Matmat (les grands). Magda a fait Magnitude, Magnificence, Magnanimité.
La défaite du pouvoir féminin par le peuple fut appelée démagogie.
Cordialement.
https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/2017/07/perse-et-chine.html

PhiloBlog 15/11/2017 22:33

Merci pour votre contribution, c'est très intéressant !

marc 14/10/2017 11:53

le partage doit se faire avec le rôle de chaque donation. il faut remarquer que l'homme a volé des Dieux. ce mythe prouverait que nous sommes hommes dieux. vous vous tromperez à chaque fois parce que vous vous limitez où vous êtes heureux. la joie se meurt et se renaît en évoluant.

Angelilie 10/06/2017 15:39

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur mon pseudo. à bientôt.

marc 14/10/2017 11:46

ta tendre demeure m'aura dans son sein.