J.M. Le Clézio : "Lettre à ma fille, au lendemain du 11 janvier 2015"

Publié le 14 Janvier 2015

J.M. Le Clézio : "Lettre à ma fille, au lendemain du 11 janvier 2015"

LE MONDE DES LIVRES | 14.01.2015

 

     Tu as choisi de participer à la grande manifestation contre les attentats terroristes. Je suis heureux pour toi que tu aies pu être présente dans les rangs de tous ceux qui marchaient contre le crime et contre la violence aveugle des fanatiques. J’aurais aimé être avec toi, mais j’étais loin, et pour tout dire je me sens un peu vieux pour participer à un mouvement où il y a tant de monde. Tu es revenue enthousiasmée par la sincérité et la détermination des manifestants, beaucoup de jeunes et des moins ­jeunes, certains familiers de Charlie Hebdo, d’autres qui ne le connaissaient que par ouï-dire, tous indignés par la lâcheté des attentats. Tu as été touchée par la présence très digne, en tête de cortège, des familles des victimes. Emue d’apercevoir en passant un petit enfant d’origine africaine qui regardait du haut d’un balcon dont la rambarde était plus haute que lui. Je crois en effet que cela a été un moment fort dans l’histoire du peuple français tout entier, que certains ­intellectuels désabusés voudraient croire frileux et pessimiste, condamné à la soumission et à l’apathie. Je pense que cette journée aura fait reculer le spectre de la discorde qui menace notre société plurielle. Il ­fallait du courage pour marcher désarmés dans les rues de Paris et d’ailleurs, car si parfaite soit l’organisation des forces de police, le risque d’un attentat était bien réel. Tes parents ont tremblé pour toi, mais c’est toi qui avais raison de braver le danger. Et puis il y a toujours quelque chose de miraculeux dans un tel moment, qui réunit tant de gens divers, venus de tous les coins du monde, peut-être justement dans le regard de cet enfant que tu as vu à son balcon, pas plus haut que la rambarde, et qui s’en souviendra toute sa vie.

Cela s’est passé, tu en as été témoin.

Maintenant il importe de ne pas oublier. Il importe – et cela revient aux gens de ta génération, car la nôtre n’a pas su, ou n’a pas pu, empêcher les crimes racistes et les dérives sectaires – d’agir pour que le monde dans lequel tu vas continuer à vivre soit meilleur que le nôtre. C’est une entreprise très difficile, presque insurmontable. C’est une entreprise de partage et d’échange. J’entends dire qu’il s’agit d’une guerre. Sans doute, l’esprit du mal est présent partout, et il suffit d’un peu de vent pour qu’il se propage et consume tout autour de lui. Mais c’est une autre guerre dont il sera question, tu le comprends : une guerre contre l’injustice, contre l’abandon de certains jeunes, contre l’oubli tactique dans lequel on tient une partie de la population (en France, mais aussi dans le monde), en ne partageant pas avec elle les bienfaits de la culture et les chances de la réussite sociale. Trois assassins, nés et grandis en France, ont horrifié le monde par la barbarie de leur crime. Mais ils ne sont pas des barbares. Ils sont tels qu’on peut en croiser tous les jours, à chaque instant, au lycée, dans le métro, dans la vie quotidienne. A un certain point de leur vie, ils ont basculé dans la délinquance, parce qu’ils ont eu de mauvaises fréquentations, parce qu’ils ont été mis en échec à l’école, parce que la vie autour d’eux ne leur offrait rien qu’un monde fermé où ils n’avaient pas leur place, croyaient-ils. A un certain point, ils n’ont plus été maîtres de leur destin. Le premier souffle de vengeance qui passe les a embrasés, et ils ont pris pour de la religion ce qui n’était que de l’aliénation. C’est cette descente aux enfers qu’il faut arrêter, sinon cette marche collective ne sera qu’un moment, ne changera rien. Rien ne se fera sans la participation de tous. Il faut briser les ghettos, ouvrir les portes, donner à chaque habitant de ce pays sa chance, entendre sa voix, apprendre de lui autant qu’il apprend des autres. Il faut cesser de laisser se construire une étrangeté à l’intérieur de la nation. Il faut remédier à la misère des esprits pour guérir la maladie qui ronge les bases de notre société démocratique.

Je pense que c’est ce sentiment qui a dû te frapper, quand tu marchais au milieu de cette immense foule. ­Pendant cet instant miraculeux, les barrières des classes et des origines, les différences des croyances, les murs séparant les êtres n’existaient plus. Il n’y avait qu’un seul peuple de France, multiple et unique, divers et battant d’un même cœur. J’espère que, de ce jour, tous ceux, toutes ­celles qui étaient avec toi continueront de marcher dans leur tête, dans leur esprit, et qu’après eux leurs enfants et leurs petits-enfants continueront cette marche.

 

 

Ce texte a été ecrit par JMG Le Clézio, Prix Nobel de littérature. Il a été publié dans le Monde.fr le 14/01/2015, puis dans le supplément du Monde des LIvres  du 16/01/2015 qui accompagne le quotidien tous les vendredi. Afin que mes élèves puissent avoir accès à ce texte et considérant que ce texte devait être lu par tous et non par un nombre privilégié de lecteurs, j'ai fait le choix de le publier dans mon blog.

Rédigé par Jean-Marie Le Clézio

Publié dans #Actualité, #Tribune libre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Ce texte qui semble modeste mais qui voit par dessus la montagne de la foule immense est a rapprocher du poeme de Victor Hugo " Écrit après la visite d'un bagne": pouvaient ils s'éclairer du flambeau qu'on leur ôte ?
Répondre
S
Je partage. Avec tout le monde et avec mes enfants. Surtout mes enfants. Jeunes adultes conscients qui ont marché, eux aussi, et qui sont toujours imprégnés de cette indéfinissable atmosphère qui les aura rendus sans aucun doute plus adultes encore.
Répondre
M
... 1/2015, puis (d)ans le supplément du ...

Merci Aline de corriger, et merci d'avoir diffusé
Répondre
A
:-)
L
... et pendant ce temps, en France, des choses terribles se passent dans les maisons de retraite et dans certains hôpitaux, envers les plus faibles ; et personnes n'en parle...
Répondre
A
Je pense qu'on ne peut pas écrire quelque chose de plus juste.
Répondre
J
à lire
Répondre
J
à méditer
Répondre
G
Et toujours des riches plus riches et des pauvres plus pauvres mais personne n'en veut du moins
Répondre
P
J'ai un très bon livre à vous proposer pour réfléchir et philosopher....
L'ÂME DU MONDE de Frédéric Lenoir,
qui se trouve en librairie dans tous les formats même de poche, donc peu cher....
Je l'ai offert aux gens que j'aime et qui je sais réfléchirons dessus... Il est sur ma table nuit, pour y retourner quand j'en ai envie !
Répondre
S
Très grand Jmg le Clézio, que vos mots pénètrent chacun de nous. Arrêtons la banalisation des maux auxquels nous sommes confrontés. Restons attentifs et lucides. ReStons débout pour que la marche continue
Répondre
S
Comme c'est vrai, c'est exactement ce qui s'est passé et rien d'autre. Et pourtant si grand. ..continuons
Répondre
G
Ce texte doit en effet être lu par tous et c'est de notre responsabilité à chacun que la grande flamme continue de briller

Nb.au décours d'une des émissions télévisées consacrées aux événement j'ai appris avec surprise -cela ne me semble pas anecdotique -que durant son adolescence Amedy . . déjà délinquant à l'époque avait été mêle de prêt à une course poursuite au cours de laquelle son complice copain également très jeune avait été abattu par la police.
Quel traumatisme.
Et cela avait donné lieu en son temps à des manifestations violentes dans le quartier -colère suscitée par le fait que l'affaire s'était soldée par un non lieu pour le policier -stagiaire je crois savoir -auteur des coups de feu.
C'est le même personnage que l'on retrouvera plus tard auteur d'un film clandestin sur les conditions de vie en prison puis parmi une délégation rencontrant le président Sarkozy.
Je m'étonne que sa trajectoire personnelle ait si peu été interrogée
Répondre
B
Bonjour. Je crois important de se souvenir de ce moment fort, exceptionnel. JMG LC l'a dit tres bien. Merci de l'avoir reproduit. Je suis écrivain sous le nom de Francois-G. Bussac
Répondre
R
Merci pour cette lettre elle est juste, permetez moi de vous envoyer ce texte :
Suis-je Charlie ?
Être Charlie, quelle prétention, moi l'infidèle,
Des dessins, je ne prenais que tel ou tel,
Des textes, je lisais ceux me donnant des ailes,
J'aimais bien, pourtant, je n'étais pas fidèle...

Oui je suis retourné dans la rue, pour honorer les disparus,
Oui, je suis allé dans la rue, pour crier ma révolte par-dessus,
Oui, j'ai marché contre ces préceptes religieux menant à la mort,
Oui, je me suis indigné, mon cœur a saigné, blessé, presque mort.

J'ai regardé les hommages à la télé, je n'ai pu m'en empêcher, suis-je sot,
Là, le show-biz reprend le dessus, le présentateur en avant dans l'action,
Ne laissant parler ce pauvre Patrick Pelloux, dont le chagrin retient les mots,
Le bruit des chansons se substitue à l'émotion, ils seront fiers de leur émission.

Que vais-je faire au quotidien ? Je les entends déjà dire, "sécurité",
Je les vois déjà se mettre d'accord pour nous priver de liberté,
Ils ont raison, ils les ont tués et des innocents sont tombés...
Jamais se remettre en cause, en cherchant les causes pour les endiguer...

Et ce désespoir qu'ils ont ensemencé, qu'ils entretiennent depuis des années,
Et la grande messe laïque, on l'attend, dès la maternelle, il faudrait l'expliquer...
Et ces "manifs pour tous" qui se lèvent dès qu'un droit humain est sur le point...
Et ses religions qui affirment des vérités qu'il faudrait suivre armes aux poings...

Et dans la rue, tous en étaient, même, sur les ondes la "le Pen" ,
Dont la bouche assassine veut rétablir la peine suprême...

Que vais-je faire ? le jardin ne fleurit que sur du bon fumier, avec du bon terreau,
L'ado écrit, " à quoi bon, demain c'est le chômage et les Petits Boulots", au noir tableau.
Il faut cultiver des raisons d'exister, nourrir l'inspiration pour peindre de beaux tableaux.
Que vais-je faire si mes bras sont coupés, mon esprit amputé, si je suis tombé sur le carreau ?

Pour un dessin, au nom d'un dieu, ils ont tué, j'ai déjà oublié leurs prénoms, leurs noms,
Non, ce ne sont pas des martyrs, pas des héros... ces assassins suicidaires abreuvés de haine.
Ce jeunes musulman, humblement, a sauvé des Juifs et de nombreuses familles de leurs peine,
Pour sa famille, il est un héro, Lassana Bathily, je n'oublierai pas ton nom.

Non, ce ne sont pas tous des violents, il y a une grandes majorité de belles personnes, j'en ai rencontrées beaucoup.

En substance il dit : "Ne me remerciez pas, je savais, j'ai fait ce que je devais",
Comme d'autres, ce Sans-Papiers était un vrai héro pour résister, stigmatisé, persécuté qu'il était.
Gents du pouvoir politique et financier, vous n'ouvrez les frontières qu'à vos privilèges.
Votre seule porte c'est celle du désespoir, heureusement de nombreux citoyens se rebellent.

Au nom de dieu on fait des guerres, on viole, on tue, on légitime et on assassine...
An nom du pouvoir et de la finance, on en fait autant, pendant que d'autres dessinent.
Quel exemple jeté en pâture à tous les "Mal-Dans-Sa-Peau" qu'on exclut de la société.
Où est l'intelligence ? Où sont les intellectuels capables de résister, de se lever pour l'humanité ?...

Je ne suis pas dupe, je sais que la mort est, à tout moment, au bout et que toujours naitra un assassin,
Je voudrais simplement, que les "savants" de tous bords, le financier, les pouvoirs, ne le mettent en chemin...

Pas de vengeance, pas de répression plus criminelle que le crime lui-même dans cette ronde.
De la solidarité, de la fraternité pour que naisse, enfin, le chemin de la paix dans notre monde !

A cause de tout cela, maintenant, j'en suis sûr, je ne suis pas Charlie... Charlie l'empêcheur de tuer en rond,...
Je ne suis pas assez courageux... et... et, à regret, je ne sais pas dessiner...
Dans les nuits noires du 7 au 19 janvier 2015.
Roland
Répondre
C
Vous avez le regard vide cher Monsieur, et les yeux sont les fenêtres de l'âme... Pratiquer la méditation est vivement recommandé dans votre cas, et n'écrivez plus en vain, surtout pas à votre fille prise en otage dans cette récupération politique immonde.
Répondre
J
Pour ma part, je vois surtout un manque de réflexion chez vous, et même de la mauvaise foi, car tous les manifestants manifestaient pour la liberté d'expression, pour la liberté, pour la paix, sincèrement ; quant aux politiques de pays où la liberté d'expression n'existe, hélas, pas, ils manifestaient contre les attentats, ces crimes horribles ; surtout, au lieu de voir des manifestations de haine en Orient et Moyen-Orient, en Ukraine, je souhaiterais les voir ainsi que des musulmans partout dans le monde, manifester contre boko-aram et ses milices qui mettent le Nigéria à feu et à sang, massacrent des milliers d'innocents, détruit des villages; rien, le silence assourdissant et je pleure toutes ces victimes innocentes, celles de Paris, aussi.
D
Votre réflexion est tout à fait stupide et déplacée... chère Madame, vous parlez à un des plus grands écrivains de ces 50 dernières années, je ne parle pas de moi, bien sûr, sinon de Monsieur Jean-Marie-Gustave Le Clézio, Les yeux sont peut-être les fenêtres de l'âme, mais elles semblent loin dans votre cas d'ouvrir toutes les portes... de l'esprit ! Vous voyez la paille de la récupération politique dans cette manif, certes présente, je n'en disconviens pas à la vision des hommes politiques qui étaient invités en front de bandière à cette manifestation, et venant des 4 coins du monde, mais comment êtes-vous complètement passée à côté de cette poutre en forme de ferveur et d'élan citoyens, en France, le + important en nombre .. depuis la 2ème Guerre mondiale ?
C
Je voulais écrire une lettre à mes filles. C'est moi qui étais à la grande marche et elles à la maison. Mais je n'ai eu qu à leur faire suivre. Ces mots étaient les miens, ils disaient mieux que moi ce que je voulais leur transmettre. Merci
Répondre
B
J'ai été ravie de lire votre lettre qui m'a ouvert les yeux et fait comprendre beaucoup de choses. Tant mieux, j'ai une autre vision et suis moins en colère.
Répondre
G
Pas un mot sur l'attentat antisémite d'Hyper Cacher alors que Le Clézio nous assuré que le visage de l'antisémitisme est aujourd'hui l'"islamophobie". Et bien non le visage de l'antisémitisme aujourd'hui c'est celui de l'islamisme radical il n'est pas le seul mais c'est celui qui fait plus de mal.
Répondre
F
Très émouvant
Répondre
M
Merci pour ce texte lucide. Sur le même sujet d'une brûlante actualité je me permet de partager un lien que je viens de lire et qui peut aussi aider à faire le tour de la question.
APRES L’EMOTION ET LA MOBILISATION, QUELS DEFIS POUR LA SOCIETE FRANçAISE ET LA DEFENSE DES LIBERTES DANS LE MONDE ?
LE JOUR D’APRES
Très belle analyse d’une situation extrêmement complexe, car multifactorielle.
http://www.bastamag.net/Le-jour-d-apres
Répondre
D
Pourvu que cette journée où nous nous sentions tous solidaires ne soit pas trop vite oubliée pour faire place à la haine, au jugement et à l'incompréhension.
Liberté, égalité et fraternité.
Répondre
T
Merci, tous les papas devraient prendre le temps de parler ainsi en vérité à leurs enfants. Puissions-nous briser les barrières, fleurir d'amour les guetthos en accueillant et écoutant la différence !
Merci
MAT
Répondre
M
... continuer à marcher dans sa tête ... !!! b*
Répondre
O
Magnifique message qui est une base de réflexion universelle... spirituelle et non pas religieuse...Pour se donner les moyens de soigner et changer massivement ce monde malade, ils nous faut aiguiser notre discernement autant qu' ouvrir nos coeurs ... Soyons solidaires mais pas dupes! Merci à vous Mr Le Clézio.
S
Bien dit, avec ferveur. Moi je crains la dissolution du rêve dans le quotidien.
Répondre
G
Votre texte m'a beaucoup touché ! Merci d'avoir osé écrire ce que d'autres pensent mais n'osent pas transmettre !
Répondre
R
" Il importe – et cela revient aux gens de ta génération, car la nôtre n’a pas su, ou n’a pas pu "
= conflit de Génération
Répondre
D
C'est exactement ça je te remercie pour m'avoir envoyé cet article Meriem!
Je vais l'afficher dans ma salle d'attente même si tous mes patients , justement de tous les milieux ne savent peut être pas tous lire le français .. En ce moment je passe beaucoup de temps d'écoute a mes consult a parler de ce qui c'est passe c'est très intéressant d'entendre les autres.
Oui et après on peux faire quoi? Déjà chacun a son niveau une petite chose de l'écoute de l'empathie vis à vis des autres..
Répondre
P
Le Père Noël existe, il suffit de le penser et de le vouloir très fort.
Le père fouettard aussi, il suffit qu'il apparaisse de façon juste, au bon moment et avec parcimonie.
La barbarie ne s'excuse pas elle se combat. Ce qui n'exclut pas, simultanément, l'introspection de nos sociétés et de nos comportements afin d'y trouver en partie les causes.
Répondre
L
un peu d'amour ça fait toujours du bien
Répondre
A
MERCI
Répondre
P
Oui JMGLeClezio a le réalisme de la générosité. Il a raison Ceux qui, au nom d'un purisme idéologique ne veulent pas admettre qu'une action politique intègre des contraintes et que ce n'est pas parce qu'elle n'est pas absolument pure qu'elle n'est pas juste....ceux-la sont moins loin qu'ils ne le pensent des ideologues du fanatisme qui ont fait de 3 enfants perdus des assassins abominables. Eux aussi invoquaient une soi-disant pureté...
F
je suis d'accord avec cette lettre dite avec humilité, avec humanité, avec justesse, oui il faut que les jeunes générations continuent cette " marche " pour la liberté de penser, d'être , de vivre en harmonie , pour abattre les murs de haine et de racisme et que l'on puisse vivre humainement
Répondre
B
Belle initiative d'avoir publié cette lettre.
Répondre
D
Ce que vous n'avez pas expliqué à votre fille, c'est qu'elle a marché derrière de sinistres dirigeants qui avaient pour ennemi la liberté d'expression, et qui faisaient des guerres pour défendre des intérêts pas très propres.
Vous lui expliquez un monde tout joli, alors qu'elle s'apercevra un jour qu'il est pourri par la tête.
Vous auriez peut-être du relativiser son enthousiasme, avant qu'elle ne le fasse elle même un jour.
Vous ne l'avez pas aidée à grandir. Vous l'avez confortée dans l'idée que le Père Noël existe: il y a un moment où il faut revenir sur terre, faute de quoi on fait le jeu de ceux qui nous réduisent en esclavage.
Mais vous vous êtes fait plaisir...
Un jour, elle vous reprochera de ne pas l'avoir aidée à comprendre les enjeux. Nous, parents, sommes pourtant là pour ça.
Répondre
S
C'était une réponse aux écrits de Doctorix! Le monde sera ce que nous voulons qu'il soit. Je crois que nos jeunes ont besoins de comprendre leur réaction face à cette horreur et la spontanéité a été cette manifestation.Quant à nos dirigeants.....personne n'est dupe et nous n'allons pas gâcher un si bel élan de solidarité à cause de cela...
S
Et que proposez vous? le père noël n'existe pas dans votre pays! Chez moi, il existe et nous apporte de beaux cadeaux et surtout....surtout un bel esprit de noël.....car avant d'agir, il faut savoir comment agir....dans quel but agir....La critique est facile mais l'art ne l'est pas....A bon entendeur!
J
Cette lettre est magnifique, mais je suis également de l'avis de Docotrix car que penser de certains dirigeants défilant avec M Hollande ; tel par exemple : le Qatar qui ne laisse aucune liberté à son peuple etc... que d'hypocrisie!!!

C'est bien de dire oh que la France a été belle ce dimanche là ; il faut continuer ; c'est super ;
Quels moyens pour continuer ?
Que met-on en place pour continuer ?
Qui va en prendre l'initiative dans chaque région, département, ville, famille ?

cela me fait penser à : "Y a qu'à faut qu'on"...

C'est à mon sens le premier travail de nos dirigeants ; ils doivent agir et vite car cela prend des proportions dangereuses : même l'Allemagne a annulé sa manifestation contre les islamistes à cause de menaces.... Ils sont en train de gagner ces fous d' Allah
A
Ne pas oublier ce 11 janvier ! Continuer de marcher dans nos tetes, dans nos esprits, continuer autant que nous le pouvons, chacun à notre maniere et....transmettons.....OUI Monsieur Le Clezio !
Répondre
F
J'aime cette lettre ! Et voilà des paroles que je dirai à mes 3 fils ( 22 ans 1/2, 21 ans et 19 ans), surtout dans la continuité de VIVRE ENSEMBLE.... Eux savent ce que veut dire VIVRE ENSEMBLE, puisqu'ils l'ont vécu aux US. Petits français plongés dans une école publique américaine, en plein cœur de la Silicon valley où toutes les races et religions étaient représentées. Nous étions aux US pendant les attentats du 11 septembre 2001.... Ils ont une ouverture d'esprit et de cœur qui viennent de nous (maman née à Madagascar et papa dont le père était berlinois), mais d'eux aussi... Je pense que pour nos enfants, le VIVRE ENSEMBLE cela doit d'abord venir de nous, les parents, de notre façon de nous comporter, de parler et d'être les mêmes avec tous ! Pas de question de religion, de couleur, etc... Juste que nous sommes tous des ÊTRES HUMAINS et dans ce cas précis, nous sommes tous des FRANCAIS ! Merci pour cette belle leçon et merci à ce blog de permettre à nos jeune et moins jeunes
de réfléchir sur ce sujet mondial !
Répondre
L
Vos enfants peuvent être fiers de l'éducation qu'ils ont recus...!
R
c'est vrai et beau
Répondre
F
Merci M . Le Clézio.
Votre fille peut être fière de son père !
Répondre
L
oui tout cela est exact.pourtant je pense qu'une éducation se fait pendant de longues années, doucement ou brutalement et pense qu'hélas il faudra des années avant que tous comprennent
que les paroles tuent tout autant que les armes . échanger les idées est plus que salutaire.
Répondre
F
C'est sûr !
B
Je suis d'accord, car aucune des religions n'autorise l'assassinat de son prochain, le monde d'aujourd'hui m’inquiète de plus que la barbarie d'hier. Nous avons quitté d'une vie sauvage et nous sommes atterrie dans une vie barbare.
Pourquoi l'ONU a remplacé le SDN?
Pourquoi l'Afrique ne fabrique pas des kalaches, mais l'Africain tue tout les jours?
Pourquoi dépense t-on beaucoup d'argent pour le nucléaire militaire alors que derrière nos bureaux est affiché la charte de l'ONU?
Pourquoi on juge des chefs d' États assassins à la CPI, alors qu'on reçoit les criminels de l'humanité dans les grandes conférences?
Pourquoi on se désolidarise d'une nation parce que le chef d’État est dictateur, alors qu'on signe des contrats de vente d'armes à des opposants?
Pourquoi on s'aime pas entre nous alors que nous sommes condamnés à vivre ensemble?
Pourquoi nous demandons à DIEU de nous donner des enfants pour nous succéder alors qu'on fabrique des armes des destructions massives tous les jours?
Pourquoi certaines nations se considèrent comme les gardiennes de la maison blanche, alors qu'elles attendent que le bureau ovale brûle pour qu'elles se chauffent les mains?
Pourquoi on pillent les ressources des uns pour orner les bureaux des autres?
Pourquoi n'avons nous pas compris ceux que veut dire paix?
Aujourd'hui chacun doit dire ce qu'il pense pour ne pas être lâches.
Répondre
F
Très juste tout ça ! Bravo
I
Exactement cela, rien à modifier. Un écrivain lecteur de l'extase matérielle à Désert et les autres...
Répondre
B
Je suis tellement d'accord avec vous et je souhaite que le Québec s'ouvre un peu plus sur les immigrants qui viennent s'installer ..mais je pense aussi que les parents ont un grand rôle à jouer il me semble que lorsque j'étais adolescente je vivais aussi dans un quartier comme on dit défavorisé mais les parents étaient là et nous surveillaient ,toutes les familles s'accordaient ensemble pour faire un peu la garde et voir aussi nos fréquentations ,je pense aussi que le marché des vidéos et jeux de guerre ne peut améliorer une société ,je pense que la société devient malsaine car ces jeux montrent des armes de guerre ..la jeunesse actuelle a le mal de vivre car aussi certaines valeurs ont disparues ou ne sont pas enseignées comme l'altruisme ,l'empathie ,l'humanisme .l'éducation devrait enseigner quelques pensées bouddhistes merci
Répondre
F
Très bien dit tout ça ! Bravo!
D
cliquez svp http://codes4free.net/?ref=EGi1oth8
Répondre
I
Excellent!
Répondre
M
Moi aussi je me sentais trop vieille pour participer, surtout que je déteste les manifestations de foule !... Mais étant par hasard de passage à Paris, je me suis dit qu'il fallait partager ce moment historique, dire non à l’obscurantisme et l'intolérance. Je fus souvent choquée par certaines caricatures de Charlie Hebdo ; pourtant j'avais de l'affection pour ses dessinateurs, qui me faisaient rire aussi. Leur mort m'a sidérée ! Je fus incapable de penser à rien d'autre pendant des jours, anéantie, étonnée d'avoir l'impression de perdre des parents, car ils symbolisaient pour moi des valeurs transmises, une impertinence et une liberté de pensée inestimables... J'ai alors décidé de me rendre Place de La République pour partager mon émotion et ma désapprobation avec d'autres de tous âges, de tous bords et de toutes religions... Je ne le regrette pas : cette journée aura marqué ma vie !
Répondre
S
Merci.
Répondre
S
Beaucoup d'émotion il faudrait aussi publier la lettre de la fille de wolinski
Répondre
M
tellement juste!
Répondre
A
i
oui trés juste il ne faut pas s'arréter là!aller vraiment plus loin ds l'accueil !
Répondre
C
l'accueuil ?? de qui ?
M
je partages, reste à trouver les moyens, comment répandre ces pensées et pour qu'elles soient appliquées...
Répondre
H
Tout à fait vrai, c'est une pensée magnifique comme il y en a eu bien d'autres qu'on a oublié. Essayons de ne pas oublier celle-ci.
Répondre